Le village magique de Claire Pelletier

Claire Pelletier du Groupe d’auteur Les Impressionnistes s’est inspirée du tableau De l’amour à la volée.

Suzanne Therrien, De l'amour à la volée, 30 x 24, , 1760 $

Suzanne Therrien, De l’amour à la volée, 30 x 24, , 1760 $

 

VILLAGE MAGIQUE

L’architecte de l’imaginaire boude le compas et l’équerre. Elle se métamorphose en fée de la couleur pour aménager le village de ses rêves.

Pour créer ses ruelles, elle déroule de façon ludique des rubans irisés, empruntés d’un arc-en-ciel au pays des merveilles. Généreusement, elle les étale de tous côtés.

Telles des notes sur une portée, elle dessine ses habitations qu’elle fait ressortir de tons contrastants. Imbriquées, éparses, elle les érige à la vitesse des pousses de champignons. Masure du paysan, domaine de vedettes, édifice du libraire, cordonnerie et plus encore profilent la diversité des alentours. Certaines constructions apparues se démarquent par l’alignement de leurs fenêtres à hublot, leurs donjons médiévaux et leurs toitures de style parapluie. Aucune loi ni règle n’alourdit son œuvre. Chacun des bâtiments émet la musique de son âme, gorgée de son histoire, de ses secrets et de ses mystères.

Sans restriction, la conceptrice ose transposer le penchant de la tour de Pise, la fierté de l’Arc de triomphe, la somptuosité du château de Windsor, le sacré du Vatican.

Dans ce monde féérique, les fleurs en forme de cœur s’épanouissent en répandant leur parfum envoûtant qui prodigue des ailes à l’amour. Téléportés de leur tragédie, Roméo et Juliette atterrissent sur un élevé nuage rose à essence de seconde vie. Sur cette nouvelle scène, ils se laissent porter en se délectant des rayons bienfaisants du soleil qui imprègnent leur épiderme d’une ration sucrée d’énergie.

Enfin rassasiés après des heures de suavité sur cette alcôve ouatée, ils décident de redescendre. Emportés par des dragons transporteurs, ils sont déposés sur la cime de la montagne qui possède l’échelle d’or. Retenue suspendue par le fil d’Ariane, celle-ci ballotte au gré des fluctuations du vent. Octroyés de ce moyen à barreaux, ils reviennent sur la terre ferme. Bras dessus, bras dessous, nos amoureux se promènent dans les venelles du village en semant leur gaieté.

Ils s’arrêtent au bistro de la Place d’herbe fraîche. Assis à la terrasse, ils reconnaissent l’humilié corbeau de Lafontaine en fuite sans son fromage. Ils l’invitent à quitter sa branche ombrageuse pour les rejoindre. Ensemble, ils philosophent sur la tromperie sournoise, médiatisée, dont l’oiseau s’est avéré la victime. Celui-ci, ragaillardi par leurs encouragements, croasse avec emphase à propos de ses résolutions nouvellement endossées.

Un tableau saisissant par sa beauté les appelle à la contemplation. Cendrillon en pleine conversation avec la belle aux bois dormants sortie de sa forêt secrète. Remontées dans leur carrosse, les princesses continuent de déverser leurs paroles élogieuses concernant les qualités impressionnantes de leur prince charmant respectif. Après tout, ces chers hommes ne les ont-ils pas sauvées « in extremis » de leur pénible sort?

Nos deux amants empruntent le chemin du boisé des libellules. Ils croisent le petit Poucet, les poches bombées de cailloux blancs. Il accompagne fièrement son nouvel ami. Pinocchio, pomme à la main, se laisse asperger de ses sages conseils afin de ne plus bifurquer de son parcours menant à l’école.

Ce village enchante! Il présente un spectacle magique, soutenu d’éclatantes images, d’airs aux mille partitions et surtout de la vie palpitante de ses habitants. D’où fleurit un bonheur prolifique en trois dimensions.

© Claire Pelletier

 

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s